Les articulations / Fsg n°3a

– Généralités :

Une articulation est le lieu de réunion de plusieurs os. Ces os peuvent être ou soudés, ou peu mobiles, ou très mobiles entre eux. Ces critères de mobilité définissent différentes familles ou types d’articulations.

– Plusieurs types d’articulations :

• Les synarthroses : ce sont des articulations maintenues par des tissus fibreux qui vont s’ossifier progressivement avec l’âge. Elles sont les moins mobiles et ne génèrent que très peu de degrés de liberté (les os du crâne par exemple).

• Les amphyarthroses : ce sont des articulations très peu mobiles ou les deux pièces osseuses sont unies par des fibrocartilages puissants (symphyse pubienne, articulations intervertébrales..).

• Les diarthroses : ce sont les articulations de l’appareil locomoteur, les plus mobiles du corps humain. Elles mettent en contact deux surfaces cartilagineuses avec parfois une interposition de fibrocartilage (ménisques au niveau de l’articulation fémoro-tibiale), et présence systématique d’une capsule articulaire et d’une membrane synoviale.

• Les syssarcoses : ce ne sont pas à proprement parler de véritables articulations au sens stricte du terme mais plutôt des zones de plans de glissements comme les espaces scapulo-thoraciques (espaces inter serato-thoraciques et inter serato-scapulaire) et la deuxième articulation de DE CEZE au niveau de l’épaule.

– Les éléments anatomiques articulaires et péri articulaires : (ne seront étudiés ici que les structures anatomiques en relations avec les diarthroses)

• Le cartilage : tissu conjonctif nacré lisse qui tapisse les surfaces osseuses des articulations. Il assure les fonctions d’amortissement, de transmission, et de répartition des contraintes au niveau des pièces osseuses formant l’articulation et assure de surcroît une diminution des frottements pendant les mouvements.

• La capsule articulaire : manchon fibreux d’épaisseur variable qui entoure de façon hermétique les diarthroses. Contribue à la congruence articulaire et assure la contention passive de l’articulation.

• La membrane synoviale : fine membrane qui tapisse la face interne de la capsule articulaire et qui contient un liquide translucide, le liquide synovial ou synovie, qui a pour fonction de nourrir le cartilage et d’en assurer sa lubrification favorisant ainsi un glissement articulaire correcte.

• Les bourses séreuses : éléments anatomiques sacculaires remplis de synovie, intercalés entre os et tendons ou muscles et qui sont destinés à faciliter le glissement de ces structures sur le squelette.

• Les ménisques : fibro cartilages élastiques, mobiles, intra articulaires, en formes de croissant et triangulaires à la coupe. Améliorent la congruence articulaire, amortissent transmettent et répartissent les contraintes s’appliquant sur les cartilages articulaires au niveau desquels ils s’interposent.

• Les bourrelets péris articulaires : fibro cartilages fixes et inconstants insérés sur le pourtour cartilagineux, triangulaires à la coupe. Ils augmentent l’étendue des surfaces articulaires.

• Les ligaments : bandes de tissus conjonctifs fibreux très résistant qui maintiennent la congruence entre deux pièces osseuses d’une même articulation. Ils renforcent la capsule articulaire dans le rôle de contention passive de l’articulation et limitent certaines amplitudes articulaires. Richement innervés, ils ont une fonction capitale pour la proprioception articulaire.

• Les muscles : organes fait de tissus conjonctif contractile. Les muscles squelettiques servent à mouvoir l’appareil locomoteur en faisant fonctionner les articulations. Ils assurent la contention active de l’articulation

Source : www.osteo-conseils.fr